Sélectionner une page

L’autre semaine, mes deux premiers pourings n’ont pas tenu. La peinture a bougé, les cellules se sont défaites. Tristesse, mais résolution. Je ne me suis pas laissée abattre, et j’ai persévéré.

Mais en attendant, je n’avais pas envie de laisser ces essais être un frein à ma créativité. Et puis je me suis rappelée quelque chose: que ce n’est pas parce que quelque chose est raté qu’on ne peut pas le transformer en succès. Ce n’est pas parce que quelque chose n’est pas parfait immédiatement qu’on ne peut pas l’améliorer, qu’il faut le laisser derrière comme une vieille chaussette. Que tout ce qui est beau, perdu dans un océan d’imperfection, peut être mis en valeur.

Et même si encore une fois ces bijoux ne sont pas parfaits non plus, j’aime à penser que leurs défauts leur donnent du charme. Et que ce ne sont pas des défauts, pas vraiment. Ce sont des parts de ce qu’ils sont, c’est ce qui leur donne leur personnalité.

Comme à moi.
Imparfaite et parfaite à la fois.